Burundi

Contexte

Quatre ans après la tentative de coup d’Etat ayant suivi la décision du Président Nkurunziza de briguer un troisième mandat, les conséquences de la crise politique et économique se font toujours sentir sur la population burundaise, dont l’appauvrissement s’aggrave d’année en année. Le budget de l’Etat ayant fortement baissé suite à la diminution des aides extérieures, les devises restent rares et le gouvernement impose à la population diverses cotisations. En même temps, les espaces d’expression et de revendication demeurent restreints. L’immense majorité de la population vit de l’agriculture et est donc cantonnée dans un secteur informel sans aucune reconnaissance légale, sans protection sociale, vulnérable aux changements climatiques et aux cours mondiaux des cultures de rente comme le café et le thé.

Notre action

Le programme quinquennal de Solsoc au Burundi contribue à l’avancement des 4 piliers du travail décent: la protection sociale, la défense des droits des travailleur·euse·s, la création d’emplois et le dialogue social.

Solsoc appuie 27 mutuelles qui assurent l’accès aux soins de santé à plus de 5300 familles dans les 5 régions caféicoles du Burundi. Malgré les difficultés rencontrées par les mutuelles de santé suite à la relance de la Carte d'Assistance Médicale, presque gratuite et de ce fait impossible à concurrencer, elles sont devenues plus performantes et contribuent à améliorer les conditions socioéconomiques des ménages et la qualité des soins de santé. Un travail important de plaidoyer est également mené en faveur d’une meilleure protection sociale. Solsoc appuie aussi des coopératives afin qu’elles soient plus autonomes, en développant par exemple une activité de transformation. Toutes ces initiatives sont renforcées grâce aux formations des leaders des mutuelles et des coopératives à l’Université Populaire Haguruka, devenue une référence locale en la matière.

Au Burundi, Solsoc participe également à la défense des droits des travailleur·euse·s en s’appuyant sur la Fédération Burundaise des Travailleurs de l’alimentation (FEBUTRA). 11 syndicats ont été mis en place dans le secteur agro-alimentaire formel et informel pour y former les membres et les leaders, y assurer l’éducation syndicale et soutenir leur dialogue social.

4

ORGANISATIONS PARTENAIRES BURUNDAISES

36

ORGANISATIONS LOCALES SOUTENUES

3.1

MILLIONS D'EUROS D'APPORT FINANCIER DE SOLSOC EN 5 ANS

Témoignage

Je fais partie d’un groupe de solidarité rassemblant des paysans de ma colline. Nous cultivons du manioc, du riz et du maïs. Nous avions des problèmes pour stocker notre production, la vendre et nous procurer des semences et des engrais. Nous avons rassemblé 270 paysans et avons fondé la coopérative pour répondre à ces besoins. Par la suite, nous avons décidé de moudre le maïs pour en faire de la farine. Notre farine est de bonne qualité, elle se vend très bien et nous a permis d’écouler et d’investir dans nos infrastructures et d’augmenter nos revenus. Nous avons été appuyé par ADISCO depuis le début, non pas avec de l’argent mais grâce à des formations, des conseils techniques et un accompagnement. Aujourd’hui, nous recevons aussi les conseils de la FEBUTRA pour améliorer les conditions de travail dans la coopérative.

Dancille Kigeme, agricultrice et présidente de la coopérative Tubamurikire appuyée par ADISCO

Nos partenaires

Soutenus par

En utilisant le site Internet ayant pour URL www.solsoc.be, vous consentez à ce que les cookies puissent être placés sur votre appareil conformément à la présente Politique d'Utilisation des Cookies.
J'accepte