Bolivie

Contexte

L’année 2019 a été marquée par une crise post-électorale qui a abouti à la démission puis la fuite de l’ancien président, Evo Morales, au Mexique. Les résultats des élections en faveur d’Evo Morales ont provoqué un important mouvement de protestation en raison des soupçons de fraude dénoncés par l’opposition. Malgré les oppositions, une présidente intérimaire, Jeanine Añez, est entrée en fonction en novembre dernier, avec trois mandats : pacifier le pays, former un tribunal électoral et convoquer de nouvelles élections. Mais, en réalité, et malgré un retour à la normale, les premières propositions du nouveau gouvernement n’ont pas donné beaucoup d’espoir pour les programmes sociaux. Différentes organisations de santé ont dénoncé les plans de privatisation du nouveau gouvernement, tandis que les écologistes ont dénoncé son intention d’approfondir la politique agroindustrielle amorcée par Evo Morales. 

Notre action

Le programme est mené en partenariat avec FUNDASUR, PASOS, AYNI et REMTE. Il vise à améliorer les conditions de travail, l’accès à la protection sociale et à de meilleures conditions de vie pour les travailleur·euse·s, les producteur·rice·s, les jeunes et les femmes en Bolivie.

Avec le soutien de la FGTB Horval, Solsoc met en place des initiatives d’économie sociale et solidaire et appuie trois syndicats. la Confédération Générale des Travailleur·euse·s Ouvrier·ère·s (Fabriles) de Bolivie (CGTFB), le syndicat des traiteur·euse·srestaurateur·rice·s et hôtelier·ère·s, ainsi que le syndicat des travailleur·euse·s de l’entreprise PIL (produits laitiers). Les formations réalisées auprès des travailleuses ouvrières leurs ont permis de mieux se défendre et d’occuper des postes représentatifs au sein de leur syndicat.

Depuis le début de programme, 20 initiatives d’économie sociale et solidaire (IESS) ont été renforcées dans les 4 municipalités des départements de Chuquisaca et La Paz. Elles produisent des produits alimentaires issus de l’agriculture responsable et/ou biologique (légumes, fruits, poisson…) et des produits d’artisanat vendus sur les marchés locaux. 

4

ORGANISATIONS PARTENAIRES BOLIVIENNES

25

Organisations locales appuyées

1,9

millions d'euros d'apport financier de Solsoc en 5 ans

Témoignage

 Les femmes syndicalistes, comme moi, ne sont pas valorisées au sein des syndicats, et elles occupent rarement des postes de direction. On leur attribue principalement des tâches logistiques. Le principal obstacle est le machisme auquel nous sommes confrontées. La formation que j’ai suivie à l’École Nationale Syndicale m’a permis de mieux connaître mes droits en tant que travailleuse, à acquérir plus d’assurance et à me positionner pour défendre les ouvrières de mon secteur. Le module « genre et masculinité » qui sera proposé par l’École Syndicale en 2020 nous permettra d’aborder ces questions, en présence des hommes afin qu’ils comprennent les obstacles que nous rencontrons lorsqu’il s’agit de nous impliquer dans les activités syndicales. 

Silvia Avelo, ouvrière et dirigeante syndicale

Nos partenaires

Soutenus par

En utilisant le site Internet ayant pour URL www.solsoc.be, vous consentez à ce que les cookies puissent être placés sur votre appareil conformément à la présente Politique d'Utilisation des Cookies.
J'accepte