S'informer

La lutte politique des femmes congolaises

La lutte politique des femmes congolaises

En République Démocratique du Congo, les femmes représentent 52% de la population. Et pourtant, leur participation politique reste très faible. Le manque de moyens financiers, le faible niveau d’instruction, les préjugés sociaux et culturels et le fonctionnement des institutions publiques sont les principales raisons qui expliquent ce phénomène. Mais les femmes ne baissent pas les bras, elles s’organisent et luttent. Car dans un pays de tradition patriarcale il n’y a personne de mieux placé pour défendre les droits des femmes que… les femmes elles-mêmes !

Historiquement, la participation des femmes congolaises dans la vie politique est liée à l’indépendance (1960). Sous la colonisation, les femmes ne bénéficiaient pas du droit de vote, celui-ci leur a été octroyé en 1964. La décennie 1990 a vu la naissance d’un mouvement associatif militant pour les droits des femmes. Mais en réalité, ce n’est que pendant les années 2000 avec notamment l’adoption de la constitution de la troisième République, qu’on a pu constater l’émergence de réelles politiques publiques en faveur des femmes, comme la création du Ministère du Genre, de la Famille et de l’Enfant en 2003.[1]

 

La politique, un chemin semé d’embûches

Actuellement, malgré les progrès faits en la matière, les femmes continuent à être marginalisées dans la sphère politique. Le manque de moyens financiers figure comme la principale raison. Le dépôt de candidatures est assuré grâce au paiement d’une caution. De plus, le renouvellement de certains documents administratifs est nécessaire. Or, la majorité des femmes n’en ont pas les moyens. Une fois ces problèmes résolus, elles sont confrontées à la réticence de la population. Elles doivent battre campagne en essayant de convaincre par la parole et les intentions les potentiels sympathisant(e)s, ce qui diffère des campagnes menées traditionnellement par leurs homologues masculins qui consistent notamment à offrir des cadeaux.

La deuxième difficulté à laquelle les femmes candidates sont confrontées : la culture. En effet, pour la société congolaise « la politique, c’est pour les hommes ! ». Les femmes sont prédestinées à s’occuper du foyer et de l’éducation des enfants ; les deux sont difficilement conciliables. « En tant que préfète dans une école secondaire, j’encadre les filles et j’ai remarqué qu’elles refusent de parler, de se défendre », nous explique Emeraude Diangituka Temda (à gauche sur la photo), candidate aux élections communales. « C’est une des principales raisons qui m’ont poussé à me présenter ».

Le niveau d’instruction et de connaissance du fonctionnement des institutions font également partie des obstacles. En effet en RDC, le taux de scolarisation des filles dans l’enseignement secondaire est de 36%, contrairement à celui des garçons qui atteint les 56%[2]. La méconnaissance des institutions limite également la capacité revendicatrice des femmes et les empêche de défendre efficacement leurs droits.

 

Les femmes s’organisent

Pour pallier à tous ces problèmes, plusieurs organisations luttent pour promouvoir et faciliter l’accès des femmes aux processus électoraux. C’est le cas de la Plateforme des Organisations des Femmes des Quartiers Populaires (POFQ) à Kinshasa, appuyée par le partenaire de Solsoc, le CENADEP. Leur objectif est le renforcement des capacités des futures candidates en leur offrant des formations de tous types: leadership, communication, comment mener une campagne électorale, etc. « Je suis membre de la POFQ pour pousser ma vision plus loin », nous explique Émeraude. Micheline Misenga (au milieu sur la photo) elle, a joint la POFQ pour défendre les droits des albinos et plus particulièrement des femmes souffrant de cette condition. « L’albinos est une personne négligée, discriminée en RDC. Nous avons les mêmes capacités que le reste de la population, mais nous sommes bloquées. Il est primordial de défendre nos droits. » La POFQ mène également des actions dans les différents quartiers pour sensibiliser la population à la question de la participation des femmes aux processus électoraux. Enfin, un partenariat avec les médias est établi pour sensibiliser l’opinion publique sur la question.

 

Madeleine Andeka, un modèle à suivre

Mme Andeka est Vice-Présidente du Cadre de Concertation des organisations de la société civile et future candidate aux élections nationales. Ce qui l’a poussé à se lancer en politique ? Le fait d’avoir dû demander l’autorisation de son mari pour faire ses études et d’avoir été obligée par après de rester à la maison. Elle a réussi à contourner ces obstacles en fondant sa propre entreprise chez… elle ! Ensuite, petit à petit, les opportunités se sont présentées et elle a grimpé les échelons. Pour Mme Andeka, le problème des femmes congolaises, est qu’elles n’osent pas. « Il y a des femmes députées, mais elles ne s’affirment pas. Il faut aider les candidates, dès leurs premiers pas, à acquérir une expertise, à se comporter comme des leaders ». Si elle pouvait donner trois conseils aux femmes candidates, ce seraient les suivants : premièrement, de s’autonomiser : c’est-à-dire se donner les propres moyens pour mener leur propre combat. Mais surtout de continuer à lutter, de ne pas baisser les bras, malgré les difficultés rencontrées sur le chemin. « Il est primordial de sensibiliser la société congolaise aux droits des femmes ».  Et enfin, de se montrer solidaires, car c’est un combat qui doit être mené collectivement !

 

Cet article est apparu dans le magazine Femmes Plurielles des Femmes Prévoyantes Socialistes. Pour lire le magazine, cliquez ici.

 


[1] La participation des femmes dans les processus de paix et la prise de décision politique en République Démocratique du Congo, International Alert, Royaume-Uni, 2002.

En utilisant le site Internet ayant pour URL www.solsoc.be, vous consentez à ce que les cookies puissent être placés sur votre appareil conformément à la présente Politique d'Utilisation des Cookies.
J'accepte