banniere

Partenaire de changement

Accueil du site > Actualités > « Nous ne comprenons pas le silence de l’UE face à l’augmentation des (...)

Assemblée générale d’Oidhaco à Bruxelles

« Nous ne comprenons pas le silence de l’UE face à l’augmentation des assassinats de défenseurs des droits humain et à l’immense impunité en Colombie »

Bruxelles, le 15 mai 2014. Les membres de 35 organisations européennes qui font partie du réseau de l’Oidhaco se sont réunis ce mois-ci à Bruxelles pour leur assemblée générale. Les représentants de 8 pays de l’Union Européenne, la Suisse et la Norvège ont évalué les travaux du réseau et analysé la situation des droits humains en Colombie. L’assemblée a manifesté son étonnement face au silence de l’UE sur la grave situation des droits humain en Colombie. Il semble que les relations commerciales sont plus importantes que les droits humains a conclu l’assemblée du réseau européen Oidhaco.

Lors de cette assemblée ont été invité 2 défenseurs des droits humains représentants des plateformes des organisations colombiennes : Diana Sanchez de l’association « Minga » qui représentait la coordination Colombie – Europe – Etats Unis, et Jomary Ortegó Osorio du collectif d’avocats « José Alvear Restrepo » qui représente la plateforme Colombienne des Droits Humains, Démocratie et Développement. Elles ont exposé face aux membres de l’Oidhaco leur analyse sur la situation actuelle en Colombie.

Le réseau Oidaco partage la grande préoccupation qui existe en Colombie pour l’augmentation des agressions à l’encontre des défenseurs des droits humains, en particulier l’accroissement continu des assassinats depuis 2010. Selon Vincente Vallies, porte-parole de l’Oidhaco, «  Il est intolérable de ne pas prendre de mesures efficaces en Colombie pour protéger les personnes qui défendent les droits humains, 78 assassinats en 2013 est un chiffre scandaleux  ». Ces attaques sont couvertes d’impunité, ce qui favorise la répétition de ces crimes.

De plus, Oidhaco se joint aux voix d’alerte des grands conflits sociaux et environnementaux qui se vivent actuellement et qui sont en augmentation autours de l’extraction à grande échelle des ressources naturelles. De nombreuses populations indiennes, d’afro-descendants et paysannes, souffrent d’une grave crise humanitaire par l’absence de garanties pour le respect des droits dans les zones d’exploitation. Avec l’entrée en vigueur des TLC entre l’UE et la Colombie, cette situation va encore plus s’aggraver. C’est pourquoi, l’assemblée d’Oidhaco a décidé d’intégrer la campagne « la grande exploitation minière empoisonne, c’est toi qui peux la freiner  », mise en place par la plateforme colombienne des Droits Humains, Démocratie et Développement, qui est présenté aujourd’hui à Bogota.

Face au processus de paix entre le gouvernement de Juan Manuel Santos et la guérilla Farc, l’assemblée de l’Oidhaco réaffirme son appui à ce processus et fait un appel aux acteurs impliqué pour chercher le plus vite possible un arrêt des hostilités, et ainsi entamer les négociations avec la guérilla de l’ELN. À partir des organisations colombiennes et de l’assemblée d’Oidhaco, on exige que les victimes soient écoutées à la Havane et que leur demande de vérité, justice, réparation et garantie de non répétition soient inclues dans les accords finaux.

L’assemblée de l’Oidhaco se réunit régulièrement et se montre systématiquement étonnée du silence de l’UE « Nous ne comprenons pas le silence de l’UE face à l’augmentation des assassinats de défenseurs des droits humain et à l’immense impunité en Colombie », dit le porte-parole, Vincente Vallies. « Cela ne nous semble pas normal que l’UE ne réagisse pas au rapport des Nations Unies quand ils sonnent la sonnette d’alarme et sur le transfert de la justice ordinaire vers la justice pénale militaire de 48 cas d’homicide attribués aux militaires nationaux, et ce malgré que le gouvernement avait assuré que cela ne se passerait pas  », termine Vallies.

Ces conclusions ont été partagées avec des membres des institutions européennes lors de différentes réunions qui ont eu lieu avec les représentants colombiens et l’Oidhaco.



Pour plus d’informations, contacter Vincent Vallies au (0032) 2 536 19 13.

Mots-clefs associés

Pays : Colombie

Voir en ligne : Plus d’infos

LE CROCO,

La newsletter qui a du mordant !

Voir les archives
S'abonner

Soutenez nos actions, faites un don sur le CCP IBAN BE42-0000-0000-5454

Solidarité Socialiste - FC&D asbl | rue Coenraets 68 | 1060 Bruxelles - Tél : +32 (0)2/505.40.70 | Fax : +32 (0)2/512.88.16
| Plan du site | Contactez-nous - Site réalisé par Cassiopea sous Spip