banniere

Partenaire de changement

Accueil du site > Actualités > Les Mutuelles de santé du Burkina et du Sénégal soutenues par l’Opération (...)

Les Mutuelles de santé du Burkina et du Sénégal soutenues par l’Opération 11.11.11.

Comme chaque année, l’Opération 11.11.11., coordonnée par le CNCD, soutient des projets de Solsoc. Cette année, comme les deux précédentes, vous contribuerez, à travers votre participation à la Campagne, à deux projets d’économie sociale et solidaire et d’appui à des mutuelles de santé au Sénégal au Burkina Faso.

Aujourd’hui, la pauvreté touche près de la moitié des Sénégalais et seuls 20% d’entre eux ont accès à une couverture maladie. En milieu rural, la situation est encore plus grave : la population vit principalement de l’agriculture et est donc tributaire des aléas climatiques pour se nourrir et dégager des revenus. Par ailleurs, l’accès aux services publics, y compris aux structures sanitaires, est extrêmement réduit et plus largement, les inégalités continuent à se creuser entre ville et campagne. Enfin, comme d’autres pays africains, le Sénégal fait face à un problème d’accaparement des terres par des opérateurs économiques étrangers.

C’est pourquoi Solsoc soutient ses partenaires au Sénégal dans leurs actions pour promouvoir l’économie sociale et solidaire et l’agriculture familiale durable et ainsi augmenter les revenus des communautés. Elles peuvent dès lors contribuer au développement d’un système de couverture maladie universelle à l’échelle nationale.

« Ce qui est intéressant, c’est la mutualisation. Cotiser ou adhérer à la mutuelle, c’est se soigner ou faire soigner d’autres personnes. L’avenir est mutualiste ! (…) C’est grâce aux mutuelles de santé que l’Etat a développé le système de Couverture Maladie Universelle. Si tout le monde peut accéder aux soins, le Sénégal sera un pays émergent, ça c’est sûr ! » Lobé Cissokho, présidente du réseau de mutuelles de santé Oyofal Paj, partenaire de Solsoc.

Alors qu’elle regroupait 45 groupements à sa création en 2005 et suite à l’action de nos partenaires, la centrale d’achat agricole de Touba Toul (CATT) en compte aujourd’hui 134 provenant de 53 villages de la commune, pour un total de 16 575 producteurs et productrices dont 72% de femmes. Cette progression a permis à la centrale d’obtenir une unité de transformation de mil et a contribué à l’acquisition de 54 tonnes de semences pour le bénéfice des agriculteurs et agricultrices de sa localité. Elle est également parvenue à obtenir un local de la mairie et à négocier une certaine flexibilité dans l’utilisation des subventions publiques dont elle bénéficie. Enfin, les leaders de la centrale ont entrepris de créer leur propre mutuelle de santé ; aujourd’hui, celle-ci compte déjà près de 1000 affiliés.

Au Burkina Faso, où 90% de la population vit sans assurance maladie, parmi les obstacles à surmonter, cette phrase, qu’Inoussa, coordinateur de l’UMUSAC (Union de Mutuelles de Santé du Centre) entend régulièrement lorsqu’il fait la promotion des mutuelles de santé : « Tu souhaites que je tombe malade ? ». En effet, pour beaucoup, cotiser en anticipant la maladie équivaut à l’attirer… C’est donc un travail de sensibilisation de longue haleine que mènent nos partenaires sur le terrain, auprès des communautés pour la mise en place de mutuelles de santé. La mutuelle de santé de Toeghin a installé son siège face au Centre de Santé et de Promotion Sociale de la commune. Ainsi, la gérante (ci-dessous, Madeleine Tapsoba) peut régulièrement s’installer à l’accueil du CSPS et sensibiliser les patients lors de leurs consultations médicales. Mais cela n’a de sens que si l’Etat lui-même garanti une couverture du risque maladie de façon plus large. Le travail communautaire s’accompagne donc d’un travail important de plaidoyer politique pour que la loi sur l’AMU (assurance-maladie universelle) votée en septembre 2015 entre enfin en application et fasse de l’accès aux soins pour toutes et tous une réalité !

« Ça nous aide beaucoup, surtout nous les femmes, parce que parfois Monsieur n’est pas là et tu n’as pas assez d’argent. Quand tu as adhéré à la mutuelle santé, si toi-même tu es malade ou que ton enfant est malade, en l’amenant au centre de santé, tu es rassurée parce que tu sais que quel que soit le coût de l’ordonnance, tu peux t’en sortir. Avant la mutuelle, si on prenait des crédits, on avait des problèmes pour les rembourser parce que si un membre de ta famille tombe malade, le capital que tu as emprunté, tu vas devoir l’utiliser pour faire soigner la personne. Maintenant que la mutuelle est là, si vous prenez un crédit, vous n’avez plus peur ! » Agnès Rouamba, présidente de la mutuelle de santé Laafi Beoglo.

LE CROCO,

La newsletter qui a du mordant !

Voir les archives
S'abonner

Soutenez nos actions, faites un don sur le CCP IBAN BE42-0000-0000-5454

Solidarité Socialiste - FC&D asbl | rue Coenraets 68 | 1060 Bruxelles - Tél : +32 (0)2/505.40.70 | Fax : +32 (0)2/512.88.16
| Plan du site | Contactez-nous - Site réalisé par Cassiopea sous Spip