banniere

Partenaire de changement

Accueil du site > Actualités > Le travail dans le monde

Le travail dans le monde

Un travailleur sur trois dans le monde, soit 1,1 milliard de personnes, est chômeur ou vit sous le seuil de pauvreté. Dans son rapport sur les « Tendances mondiales de l’emploi » publié ce mardi 24 janvier 2012, l’Organisation internationale du Travail (OIT) estime que le monde compte 200 millions de chômeurs, ce qui représente 27 millions de plus depuis le début de la crise en 2008. Et tous les ans, près de 40 millions de personnes viennent grossir les rangs de ceux qui cherchent un emploi, indique le rapport de l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

Les jeunes sont les plus touchés, puisque 74 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans étaient sans emploi en 2011, soit un taux de chômage au niveau mondial de 12,7%. L’OIT ajoute également qu’à l’échelle mondiale, les jeunes ont un risque presque trois fois plus élevé que les adultes d’être au chômage.

Autre constat alarmant : la hausse du nombre de travailleurs pauvres dans le monde. Près de 900 millions de travailleurs vivent sous le seuil de pauvreté fixé par la Banque mondiale, soit avec moins de 2 dollars par jour. Ils sont 55 millions de plus qu’avant la crise de 2008. Et la moitié de ces 900 millions de personnes vivent sous le seuil de l’extrême pauvreté, soit avec moins de 1,25 dollars par jour.

Pour assurer une croissance durable, l’OIT estime qu’il faut créer quelque 600 millions d’emplois sur dix ans. L’OIT considère également que ces emplois doivent provenir principalement du secteur privé, car la crise des dettes souveraines limite les marges de manœuvres budgétaires des Etats. L’OIT demande ainsi aux responsables politiques « d’agir de manière déterminée et coordonnée pour réduire les craintes qui freinent les investissements privés afin que le secteur privé relance la création mondiale d’emplois ».

Dans son rapport, l’OIT épingle également la politique allemande de compétitivité par les salaires. « L’amélioration de la compétitivité des exportateurs allemands est de plus en plus identifiée comme la cause structurelle des difficultés récentes dans la zone euro », souligne l’organisation qui critique notamment les réformes engagées en 2003 par le gouvernement Schröder. Les coûts du travail en Allemagne ont, en effet, chuté depuis une décennie par rapport aux concurrents. Et pour l’OIT, cette politique de déflation salariale a créé « les conditions d’un marasme économique prolongé, car les autres pays membres voient de plus en plus une politique de déflation des salaires encore plus dure comme solution à leur manque de compétitivité ».

- Lire le résumé analytique du rapport de l’OIT.

LE CROCO,

La newsletter qui a du mordant !

Voir les archives
S'abonner

Soutenez nos actions, faites un don sur le CCP IBAN BE42-0000-0000-5454

Solidarité Socialiste - FC&D asbl | rue Coenraets 68 | 1060 Bruxelles - Tél : +32 (0)2/505.40.70 | Fax : +32 (0)2/512.88.16
| Plan du site | Contactez-nous - Site réalisé par Cassiopea sous Spip