banniere

Partenaire de changement

Accueil du site > Actualités > Comment on accapare les terres de l’Afrique

Comment on accapare les terres de l’Afrique

Les terres coutumières, gérées localement, sont une porte ouverte à l’arrivée d’investisseurs étrangers en mal d’espace pour développer un juteux business agricole.

Plus d’1,4 milliard d’hectares : c’est la surface occupée, en Afrique, par les « terres coutumières ». Leur particularité ? Elles sont gérées par les populations locales elles-mêmes. Sur ces ressources collectives – des forêts, des pâturages, des marécages surtout –, les communautés rurales s’organisent : on décide ensemble de l’accès à ces terres, de qui peut en jouir, comment on les exploite. Un fonctionnement anecdotique ? Pas vraiment ! Sur le continent africain, quelque 480 millions de personnes y sont liées. A l’inverse, les terres statutaires – entre les mains de l’Etat ou du droit national – font figure de confettis : au Kenya, elles ne représentent que 25% à 33% du territoire, en Ouganda, 12% à 15%, et ailleurs, seulement 1% à 2% en moyenne.

Pourtant, malgré leur étendue et leur importance sociale, les terres communautaires subissent de plein fouet une nouvelle menace : celle de la course mondiale à l’accaparement des sols, via laquelle les pays en manque d’espaces agricoles envahissent les surfaces arables, notamment africaines. Dégât collatéral : la mise en péril d’un système traditionnel assurant efficacement la subsistance des populations et la conservation de l’environnement.

Lire la suite sur Terra Eco.

LE CROCO,

La newsletter qui a du mordant !

Voir les archives
S'abonner

Soutenez nos actions, faites un don sur le CCP IBAN BE42-0000-0000-5454

Solidarité Socialiste - FC&D asbl | rue Coenraets 68 | 1060 Bruxelles - Tél : +32 (0)2/505.40.70 | Fax : +32 (0)2/512.88.16
| Plan du site | Contactez-nous - Site réalisé par Cassiopea sous Spip