CP du 30/10/2015
Solidarité Socialiste

Contact presse : Ioanna Gimnopoulou
igimnopoulou@solsoc.be
02/505 40 83

Solidarité Socialiste se préoccupe de la dégradation de la situation au Burundi

Solidarité Socialiste est très préoccupée par la dégradation accélérée de la situation au Burundi. En effet, depuis que le président Pierre Nkurunziza cherche à imposer à son peuple un troisième mandat en violation des accords d’Arusha et des textes régissant son propre parti, le Burundi et en particulier Bujumbura, la capitale, connaissent une escalade de la violence : 198 morts depuis avril 2015 et 63 depuis trois semaines selon le Haut-Commissariat des Nations Unies.

Alors que le Conseil de l’Europe, conformément à la procédure prévue par l’article 96 de l’accord de partenariat UE-ACP , invite dans un courrier du 16/10/2015 le Burundi à des consultations, l’armée et la police organisent chaque jour des attaques et des assassinats ciblés, les milices armées qui se revendiquent de l’opposition sèment la terreur et tuent. La population de Bujumbura vit dans la peur et l’insécurité permanente. Plus de 200.000 personnes ont déjà quitté le pays et d’autres sont obligées de vivre cachées. Plusieurs témoignages confirment que des milliers de jeunes recrutés par l’opposition sont en train de partir vers des camps d’entrainement alors que le parti au pouvoir a organisé et armé les anciens combattants. Dans cette situation, sans dialogue et négociation rapide entre les parties, la guerre est inévitable et risque bien d’être à la fois longue et meurtrière.

Solidarité Socialiste rappelle l’importance de respecter la Constitution burundaise et l’accord d’Arusha. Elle soutient fermement les appels du Conseil de l’Europe à l’organisation de « consultations » des autorités burundaises et de l’Union africaine et à la reprise d’un dialogue politique entre les parties pour trouver une solution consensuelle à la crise.

Même si Solidarité Socialiste adhère aux trois principes qui ont abouti à l’arrêt de la coopération belge, elle demande au Ministre Alexander De Croo d’attendre les résultats de ces démarches avant de mettre en application sa décision de réorienter complètement sa coopération avec le Burundi, décision qui, outre l’arrêt de programmes fondamentaux pour la population burundaise (la Belgique est le partenaire technique et financier principal du Burundi), scellerait la rupture du dialogue politique plus que jamais nécessaire entre les deux pays.


Solidarité Socialiste - F.C. & D. asbl
rue Coenraets, 68 - 1060 Bruxelles
T: 32 (2) 505.40.70 / F: 32 (2) 512.88.16
www.solsoc.be / fcd@solsoc.be
Banque de la Poste 000-0000054-54