CP du 13/05/2016
Solidarité Socialiste

Contact presse : Ioanna Gimnopoulou
igimnopoulou@solsoc.be
02/505 40 83

Situation préoccupante en Colombie

Plusieurs violations des droits humains des peuples indigènes, afro-colombiens et des communautés paysannes ont eu lieu depuis le début des protestations nationales à la fin du mois de mai en Colombie, revendiquant des mesures en faveur du secteur agricole. Les incidents impliquant l’ESMAD, la police nationale anti-émeute, sont particulièrement alarmants, cette dernière étant accusée d’avoir eu recours à la violence verbale et physique et d’avoir procédé à une série d’arrestations arbitraires. Les confrontations entre les manifestants et la police ont fait 3 morts et environ 130 blessés. Des membres de groupes paramilitaires sont également intervenus dans le but de mettre fin à ces protestations. Le premier jour de la grève nationale, quatre défenseurs des droits environnementaux ont été menacés de mort par les forces paramilitaires.

Par ailleurs, des organisations partenaires de Solidarité Socialiste dans la zone d’Uraba, au nord de la Colombie, ont reçu plusieurs appels téléphoniques des paysans de la municipalité de Turbo, les alertant de la présence d’hommes armés qui leur ont confisqué leurs téléphones portables et les ont menacés de quitter leurs terres sous peine de représailles. Malgré l’action urgente menée par nos partenaires auprès de l’Unité de Restitution des Terres Nationale, l’armée n’est arrivée sur place que le lendemain matin. Les agressions, menaces et expulsions avaient déjà eu lieu…

Solidarité Socialiste, en tant que membre de la plateforme Oidhaco (Bureau International des Droits Humains - Action Colombie), se préoccupe de la dégradation de la situation des Droits humains en Colombie. Elle condamne fermement les violences perpétrées à l’encontre des peuples indigènes et afro-colombiens, des communautés paysannes et des défenseurs des droits humains et environnementaux. Le gouvernement Colombien doit s’engager à faire respecter le droit des citoyens à la protestation sociale pacifique, et assurer la protection de leur intégrité physique et psychologique. Il doit également mener des enquêtes concernant les morts des leaders indigènes et libérer toutes les personnes qui ont été arrêtées de manière arbitraire. Enfin, il est censé fournir des soins médicaux adéquats aux manifestants blessés.

Concernant les violences dans la région d’Uraba, Solidarité Socialiste et ses partenaires insistent pour que l’Etat colombien mette en place des mesures urgentes de protection de la vie, de l’intégrité et des biens des paysans de retour sur leur terres, malgré la pression de secteurs très puissants au niveau économique et institutionnel. Uraba est un territoire emblématique au vu de l’importance de la mobilisation des mouvements sociaux sur place, qui ont eu recours à tous les mécanismes constitutionnels, légaux et pacifiques pour récupérer ce qui leur a été illégalement confisqué.


Solidarité Socialiste - F.C. & D. asbl
rue Coenraets, 68 - 1060 Bruxelles
T: 32 (2) 505.40.70 / F: 32 (2) 512.88.16
www.solsoc.be / fcd@solsoc.be
Banque de la Poste 000-0000054-54