banniere

Partenaire de changement

Accueil du site > Action Sud > Palestine

Palestine

AU COEUR D’UN CONTEXTE SOCIOPOLITIQUE QUI SE DÉTÉRIORE LES FEMMES S’ENGAGENT ET LES JEUNES SE MOBILISENT

2016 n’a pas vu d’avancée sur la scène politique palestinienne, qu’il s’agisse de la situation interne ou des relations avec les autorités israéliennes. Pire encore, celles-ci se sont dégradées. En effet, les tensions entre le Hamas et le Fatah ont continué à prévaloir sur les aspirations à l’unité, ce qui a mis à mal le gouvernement d’Union mis en place en juin 2014 ; en outre le Hamas a maintenu un contrôle sans partage de la Bande de Gaza. Enfin, alors que le Premier Ministre palestinien avait annoncé l’organisation d’élections municipales le 8 octobre, la Haute Cour de Justice palestinienne a finalement décidé de les reporter au motif d’une impossibilité d’y participer pour les Palestiniens de Jérusalem-Est et de l’« illégalité » des cours locales de Gaza.

Palestine

« Ne reste pas silencieuse ! »

Suite à la réception de nombreuses plaintes de jeunes femmes de Jénine pour harcèlement sexuel au travail, l’association PECWO (Palestinian Entrepreneurship and Creativity Women’s Association) a décidé de lancer la campagne « Do not shut up ! », autrement dit « Ne reste pas silencieuse ! ». Jénine étant une ville conservatrice, l’association a initialement fait face à l’opposition d’une partie de la communauté qui niait l’existence du problème. Les femmes de l’association ont distribué et recueilli les réponses à un questionnaire anonyme. Elles ont ensuite rendu visite à des femmes sur leur lieu de travail pour leur exprimer leur soutien et ont commencé à placarder des affiches à Jénine. Ensuite, elles ont lancé une opération de communication sur les réseaux sociaux. La campagne a fait le buzz ! L’association a fini par rencontrer le Ministre de la Justice en personne pour l’exhorter à amender la loi sur le harcèlement. L’action s’est clôturée par une exposition artistique dénonçant le harcèlement, en présence du gouverneur de Jénine, du maire, du Ministre de la Justice et de nombreux employeurs.

Un mouvement est né

Au terme de ce programme 2016, un mouvement social de jeunes s’est développé et a touché près de 60.000 jeunes. Il a influé certaines politiques qui concernent les jeunes, aux niveaux local et national. Il a surtout élaboré son propre manifeste, fruit d’un échange entre jeunes issus de régions et de milieux socioculturels différents, sur base duquel ils ont mené, à partir de 2016, des interpellations de représentants politiques notamment par rapport aux problématiques de l’unité palestinienne, de l’identité, des libertés fondamentales, de la justice sociale et du boycott. Les échanges entre clubs de jeunes, y compris entre Gaza et la Cisjordanie, se sont considérablement développés. La majorité des clubs de jeunes participent désormais à des activités menées conjointement avec d’autres organisations. Signe de cette évolution, pas moins de 15 visites d’échange entre clubs ont été organisées au cours de l’année, dont deux entre la Cisjordanie et Gaza ! Ce succès est également le fruit d’un meilleur équilibre homme-femme tant dans les activités qu’au niveau de la coordination des clubs : 9 des 15 clubs soutenus par Solidarité Socialiste sont désormais dirigés par des femmes.

À Gaza aussi

À Gaza, à force de rencontres et d’interpellations du Ministère de la Jeunesse, les organisations de jeunesse ont obtenu la généralisation progressive de l’initiative de Jabalia (la création d’un Conseil Municipal de la Jeunesse) à l’ensemble de la Bande de Gaza. Plus généralement, la crédibilité et la notoriété du programme soutenu en Palestine, ont permis aux jeunes d’inviter des responsables politiques à échanger avec eux sur la situation politique palestinienne. C’est notamment cela qui a donné envie à 15 jeunes de se présenter sur les listes des élections municipales, malheureusement reportées.

Sur le même sujet

LE CROCO,

La newsletter qui a du mordant !

Voir les archives
S'abonner

Soutenez nos actions, faites un don sur le CCP IBAN BE42-0000-0000-5454

Solidarité Socialiste - FC&D asbl | rue Coenraets 68 | 1060 Bruxelles - Tél : +32 (0)2/505.40.70 | Fax : +32 (0)2/512.88.16
| Plan du site | Contactez-nous - Site réalisé par Cassiopea sous Spip