banniere

Partenaire de changement

Maroc

LES HABITANTS DES QUARTIERS POPULAIRES DE CASA A LA CONQUETE DE L’ESPACE PUBLIC

La municipalité de Casablanca ne dispose toujours pas d’un plan de développement local. Les budgets communaux sont dérisoires et la population des quartiers populaires en fait les frais.

Maroc

Au Maroc, le mouvement du 20 février (M20F) inspiré par les printemps arabes a déjà trois ans. Malgré une forte mobilisation populaire, les formations politiques divisées et peu mûres ont manqué le rendez-vous d’un pacte démocratique de substitution au régime en place. La nouvelle Constitution était censée garantir aux citoyens plus de démocratie, de stabilité ainsi que la lutte contre la corruption. Mais les promesses n’ont pas été tenues.

Au Maroc, Solidarité Socialiste soutient deux réseaux associatifs, Action jeunes RESAQ (AJR) et Action des femmes des associations de quartier(AFAQ) qui, à leur tour, appuient 6 réseaux d’associations de quartier et 47 associations.

Une société en manque d’espace démocratiques et de participation populaire

Le mouvement du 20 février a ouvert une brèche en modifiant la relation entre le pouvoir et le citoyen, dissipant la peur tétanisante et favorisant une culture de la contestation. Ce changement de paradigme a impacté les structures politiques, syndicales et associatives. Cependant, aujourd’hui, au plan socio-politique, les déceptions sont nombreuses : impunité, recrudescence de procès politiques contre les journalistes et militants, dégradation sociale de couches de plus en plus larges de la population. Un durcissement se manifeste également contre une culture alternative, essentiellement portée par des jeunes. La date des élections communales et régionales, initialement prévues en 2012, a été reportée en 2015.

Le Forum des quartiers populaires de Casablanca : un espace d’expression pour les jeunes et les femmes

C’est dans cet esprit qu’AJR, AFAQ et leurs membres ont organisé un forum social des quartiers populaires, qui a eu lieu en décembre dans les anciens abattoirs municipaux désaffectés de Casa. Leur objectif : influencer l’élaboration des lois organiques et des plans de développement communaux, exiger la prise en compte de la thématique du genre dans les budgets, plaider pour la prise en compte des droits socio-économiques et politiques des citoyen(ne)s des quartiers populaires de Casablanca. Tout en renforçant l’encrage local du processus du forum social marocain, ce Forum de quartier a encouragé les élites populaires à se coordonner, à créer des alliances avec différentes composantes de la Société Civile aux niveaux local et national. Il a mobilisé 2.000 personnes autour de 3 thématiques, définies sur base des préoccupations des populations : l’évaluation des politiques publiques de la ville, le rôle de la société civile dans leur élaboration et la place de l’économie informelle. Parallèlement aux espaces de débats, le Forum ouvrait également toute une série d’espaces d’expression pour divers groupes artistiques issus des quartiers.



« Ce serait formidable si l’expérience d’AJR et d’AFAQ pouvait s’étendre à d’autres grandes villes du Maroc comme base de revendication pour des politiques publiques locales qui prennent en compte les besoins des populations, des femmes et des jeunes en particulier. Le mouvement du 20 février a ouvert des espaces d’expression des droits qui sont aujourd’hui en recul. Et nous on ne veut plus reculer ; on veut avancer ! » Sandra, militante AJR et animatrice du Théâtre de l’Opprimé de Casablanca

Sur le même sujet

LE CROCO,

La newsletter qui a du mordant !

Voir les archives
S'abonner

Soutenez nos actions, faites un don sur le CCP IBAN BE42-0000-0000-5454

Solidarité Socialiste - FC&D asbl | rue Coenraets 68 | 1060 Bruxelles - Tél : +32 (0)2/505.40.70 | Fax : +32 (0)2/512.88.16
| Plan du site | Contactez-nous - Site réalisé par Cassiopea sous Spip