banniere

Partenaire de changement

Burundi

Une pharmacie, pour un accès plus facile aux médicaments

Au Burundi, alors que la population est déjà l’une des plus pauvres du monde, le pouvoir économique des familles s’est affaibli en 2013. La flambée des prix de la plupart des produits, l’incendie de plusieurs marchés (dont celui de Bujumbura), la réintroduction de la taxation par l’Etat des produits agricoles de base et une des pires campagne de récolte du café de l’histoire du pays, couplée à la dégringolade de son prix sur le marché mondial, ont fait de cette année une catastrophe pour la survie de la population burundaise.

Le contexte national aura été très mouvant, avec des flux et reflux au niveau de la stabilisation de la démocratie. Le retour d’exil des opposants et la négociation d’une feuille de route pour des élections apaisées en 2015 avaient redonné l’espoir d’évoluer vers une véritable consolidation de la paix, mais le comportement des politiciens, aussi bien du pouvoir que de l’opposition, a créé des tensions dommageables à la sérénité des populations.

Burundi

Le Burundi, petit pays d’Afrique Centrale sans accès à la mer, est l’un des plus pauvres du monde (178 sur 187 au classement de l’IDH et 66% de la population vivant sous le seuil de pauvreté) et des plus densément peuplés. Alors que son économie repose principalement sur l’agriculture (32 % du PIB) et l’élevage, la moyenne des superficies cultivées dépasse rarement la moitié d’un hectare par famille, une situation intenable pour une population qui vit à 90% de l’agriculture. La protection sociale de la population est très faible et concerne seulement 17,9% de la population dont 10 % sont les employés du secteur formel.

Au Burundi, Solidarité Socialiste soutient l’ONG ADISCO qui accompagne la mise en place de 25 mutuelles de santé des caféiculteurs du Burundi, leurs 5 unions et leur Fédération, la FEMUSCABU. En collaboration avec la Confédération Nationale des Associations des Caféiculteurs du Burundi ( CNAC), le programme appuie le développement d’activités complémentaires pour améliorer la capacité contributive des mutuellistes et le développement de diverses filières agricoles.

2013, la confirmation du rôle à jouer par les mutuelles de santé communautaires dans la politique nationale de protection sociale du gouvernement.

2012 avait été une année très difficile pour les mutuelles, entre autre suite à la relance de la Carte d’Assistance Médicale (CAM) par l’Etat. En 2013, le travail de sensibilisation et d’information fait par Adisco et la Femuscabu et les premiers constats lors de l’utilisation de la CAM, ont permis de redresser les mutuelles et de convaincre leurs membres que, si le projet de la CAM est exclusivement piloté par l’Etat, le système tel que proposé conduira forcément à une forte dégradation de la qualité des soins. Entre temps, le Président de la République du Burundi a précisé que le gouvernement encourage les promoteurs des Mutuelles de Santé auxquelles il demande d’augmenter leur couverture sociale pour l’épauler dans ses efforts de soutien à la Protection sociale. Cette annonce, ainsi que la campagne de sensibilisation à l’adhésion aux mutuelles de santé entreprise fin 2013 par la Ministre ayant la protection sociale comme compétence, ont renforcé la crédibilité des mutuelles.

Yoba, est un quartier populaire situé à cinq cents mètres du centre de Gitega, sur la route qui relie la deuxième ville du pays à la capitale, Bujumbura. Même si une petite menuiserie occulte une partie du champ de vision, un bâtiment fraîchement repeint d’un vert vif attire le regard. Il abrite la pharmacie et le centre de santé « le Quinquina » dont le propriétaire majoritaire est la coopérative Terimbere. Une coopérative mise en place par les mutuelles de santé des caféiculteurs du Burundi pour faciliter l’accès aux médicaments et aux soins de santé de ses membres. Y parvenir n’a pas été chose aisée pour le partenaire du projet, l’ONG burundaise ADISCO. Les difficultés administratives ont été nombreuses.

« Nous saluons l’ouverture de notre pharmacie et de notre centre de santé. Ils desservent les petites comme les grandes gens à la recherche de soins et de médicaments de qualité. Et nous en sommes fiers. Maintenant, nous, paysans et paysannes, avec la mutuelle, nous pouvons nous faire soigner chez nous, sans devoir vendre nos terres ou nos biens familiaux », déclare une maman au chevet de son bébé.


Assurance Maladie Universelle au Burundi - ENTRE REVE ET REALITE from Solidarité Socialiste on Vimeo.

Sur le même sujet

LE CROCO,

La newsletter qui a du mordant !

Voir les archives
S'abonner

Soutenez nos actions, faites un don sur le CCP IBAN BE42-0000-0000-5454

Solidarité Socialiste - FC&D asbl | rue Coenraets 68 | 1060 Bruxelles - Tél : +32 (0)2/505.40.70 | Fax : +32 (0)2/512.88.16
| Plan du site | Contactez-nous - Site réalisé par Cassiopea sous Spip